Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
Liberté d'expression
Interpeller le président turc

Non à l'interdiction du mouvement des "Mères du samedi"

Le rassemblement pacifique des Mères du samedi, un groupe organisant des veillées hebdomadaires pour les victimes de disparitions forcées depuis le milieu des années 1990, est interdit depuis août 2018.

Le groupe, principalement composé de femmes dont des proches ont disparu, a été dispersé de force le 25 août 2018 par la police, qui a utilisé du gaz lacrymogène et des canons à eau. Le groupe n’a plus été autorisé à organiser ses veillées dans le lieu habituel depuis, en dépit du fait que ses rassemblements et les discours tenus pendant ceux-ci étaient de nature entièrement pacifique.

Pourquoi maintenant ?

Le 25 février a marqué les six mois depuis la dispersion violente à Istanbul du rassemblement des Mères du samedi, qui sont depuis empêchées de tenir leurs veillées pacifiques hebdomadaires.

En 2011, le président Recep Tayyip Erdoğan, alors Premier ministre, avait rencontré certains proches des personnes disparues et avait promis que son gouvernement commencerait à travailler sur les disparitions. Aujourd’hui, les Mères du samedi veulent le rencontrer à nouveau pour lui demander de tenir sa promesse et de trouver une solution à l’impasse qu’engendre l’interdiction du mouvement.

Vous pouvez profiter du 25 de chaque mois comme date clef pour envoyer des appels au président.

Monsieur le Président,

Le rassemblement pacifique des Mères du samedi, organisant des veillées hebdomadaires pour les victimes de disparitions forcées depuis le milieu des années 1990, est interdit depuis août 2018. Le groupe a été dispersé de force le 25 août 2018 par la police, qui a utilisé du gaz lacrymogène et des canons à eau. Il n’a plus été autorisé à organiser ses veillées dans le lieu habituel depuis. En tant que membre/sympathisant(e) d’Amnesty International, je vous engage, Monsieur le Président, à accepter de rencontrer les Mères du samedi ; à ce que l’interdiction de leurs veillées hebdomadaires soit levée et à ce que les futures veillées puissent se tenir sur la place Galatasaray sans restriction illégale, afin que les participants puissent exercer leurs droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes respectueuses salutations.

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres