Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
Liberté d'expression
Interpeller les autorités

Disparition forcée : aidez-nous à retrouver cette jeune Ouïghoure

Disparition forcée : aidez-nous à retrouver cette jeune Ouïghoure

Guligeina Tashimaimaiti, étudiante en doctorat à l’Université de Technologie, en Malaisie, a été vue pour la dernière fois par son ami Sammy (son nom a été modifié pour protéger son identité) à l’aéroport international de Senai, en Malaisie, le 26 décembre 2017.

Compte tenu de la répression sans précédent qui s’abat sur les Ouïghours et d’autres minorités ethniques dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang, Sammy et la sœur aînée de Guligeina Tashimaimaiti, Gulzire, craignent qu’elle ne soit détenue dans un camp de « rééducation ».

Bien que des amis et des proches lui aient déconseillé de retourner dans la région, Guligeina Tashimaimaiti s’inquiétait pour ses parents, qu’elle n’avait pas pu contacter depuis sa dernière visite à Yili en février 2017.

Pourquoi maintenant ?

Le 29 mars a marqué le deuxième anniversaire de l’adoption du « règlement relatif à la lutte contre l’extrémisme », à la suite de laquelle de nombreux établissements de détention ont été créés dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang.

Dans ces établissements, dits « de lutte contre l’extrémisme », « d’études politiques » ou encore « de transformation par l’éducation » ou même de « formation professionnelle », des personnes sont placées en détention arbitrairement pour une durée indéterminée et contraintes à étudier la législation et les politiques de la Chine.

Les Ouïghours et les autres minorités ethniques à majorité musulmane de la région autonome ouïghoure du Xinjiang sont victimes depuis longtemps de violations de leurs droits fondamentaux, notamment de leurs droits aux libertés de religion et d’association.

Ces dernières années, les autorités se sont mises à les cibler de manière plus globale et à plus grande échelle. Elles ont recours à divers moyens de répression, notamment la détention arbitraire généralisée, la surveillance technologique, l’utilisation accrue de patrouilles de rue lourdement armées, le renforcement des postes de contrôle et tout un arsenal de politiques intrusives qui bafouent les droits humains.

Message à envoyer

Monsieur,

Guligeina Tashimaimaiti s’inquiétait pour ses parents, qu’elle n’avait pas pu contacter depuis sa dernière visite à Yili en février 2017. Étudiante en doctorat à l’Université de Technologie, en Malaisie, elle a été vue pour la dernière fois par son ami à l’aéroport international de Senai, le 26 décembre 2017 lors de son embarquement pour la Chine.

Compte tenu de la répression sans précédent qui s’abat sur les Ouïghours et d’autres minorités ethniques dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang, son ami et la sœur aînée de Guligeina Tashimaimaiti, Gulzire, craignent qu’elle ne soit détenue dans un camp de « rééducation ».

En tant que membre/sympathisant(e) d’Amnesty International, je vous demande de révéler où se trouve cette jeune femme et de de mettre fin à la politique de « transformation par l’éducation » et aux « centres de lutte contre l’extrémisme », de faire cesser la détention arbitraire de Ouïghours et d’autres membres de minorités ethniques à majorité musulmane dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang.

D’ici là, je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes respectueuses salutations.

Destinataires

Secrétaire du Parti communiste de la région autonome ouïghoure du Xinjiang

Chen Quanguo

479 Zhongshan Lu

Wulumuqi Shi, Xinjiang

Chine

__

Copie à : Ambassade de Chine

Monsieur Zhai Jun, Ambassadeur 20 rue Washington, 75008 Paris

 

Cette action fait partie des "appels mondiaux". Chaque mois, Amnesty International vous propose d'envoyer trois lettres, par courrier postal, aux autorités compétentes, pour faire valoir les droits de personnes victimes d'injustice aux quatre coins du globe. Ces "appels mondiaux" sont publiés également dans la rubrique "Interpeller" du mensuel La Chronique.

Notre action conjointe est-elle efficace ? Oui ! Découvrez des dizaines d'exemples de ce que nous pouvons accomplir ensemble dans notre rubrique "Nos victoires".

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres