Liban. Le renvoi forcé de plus de 100 réfugiés vers la Syrie est un grave revers

[08/01/2016]

Les autorités libanaises ont renvoyé de force vers la Syrie plus de 100 réfugiés syriens le 8 janvier, vient d'apprendre Amnesty International. Environ 150 autres sont toujours bloqués à l'aéroport international Rafic Hariri à Beyrouth et risquent d'être expulsés dans les heures qui viennent. Selon certaines informations, les autorités envisagent de les forcer à prendre le prochain vol à 21h30, heure locale.

Ces réfugiés étaient arrivés à Beyrouth sur des vols en provenance de Syrie, avec l'intention de poursuivre jusqu'en Turquie. Leur départ, prévu le 7 janvier, n’a pas pu avoir lieu, deux vols de la compagnie Turkish Airlines ayant été annulés à la veille de nouvelles réglementations mises en place par les autorités turques en matière de visas pour les réfugiés syriens, qui sont entrées en vigueur le 8 janvier et limitent l'entrée en Turquie.

« En renvoyant de force plus de 100 réfugiés en Syrie, le gouvernement libanais a fait un pas de plus vers l’ignominie et les met en danger de mort. C'est une violation flagrante des obligations internationales du Liban, qui est tenu de protéger tous les réfugiés fuyant les violences et les persécutions en Syrie. Le gouvernement doit renoncer à expulser d’autres réfugiés syriens, a déclaré Sherif Elsayed Ali, directeur du programme Droits des réfugiés et des migrants à Amnesty International.

« Les nouvelles réglementations en matière de visas en Turquie sont un obstacle de plus pour les Syriens qui cherchent à se mettre à l'abri et illustrent les conséquences que de telles restrictions peuvent avoir pour les réfugiés. »