Chine. Les révélations des autorités sur la détention des libraires de Hong Kong sont « de la poudre aux yeux »

[05/02/2016]

Les autorités chinoises font preuve d'un mépris exacerbé pour la procédure légale et l'état de droit dans l'affaire des cinq libraires de Hong Kong détenus, a déclaré Amnesty International, après que la police de Guangdong, dans le sud de la Chine, a confirmé détenir et enquêter sur trois d'entre eux, qui avaient disparu depuis octobre dernier.

La police de Guangdong a confirmé jeudi soir que Lui Por, Cheung Chi ping et Lam Wing kee sont soupçonnés d’être impliqués dans des « activités illégales ». La maison d'édition de Hong Kong pour laquelle ils travaillent, Mighty Current Media, est connue pour ses livres sur les dirigeants chinois et les scandales politiques, livres interdits en Chine mais qui remportent un franc succès auprès des touristes venus de Chine continentale à Hong Kong.

« Les révélations officielles concernant les trois éditeurs qui étaient toujours portés disparus sont loin d'être satisfaisantes. Les autorités chinoises doivent en finir avec leur stratégie visant à brouiller les pistes et fournir une explication claire et complète, a déclaré William Nee, chercheur sur la Chine à Amnesty International.

« Près de quatre mois après que ces hommes se sont évaporés, nous ne savons toujours pas où ils sont détenus, sur quelles accusations se fondent les enquêtes et s'ils sont autorisés à voir leurs avocats et leurs familles. »

Jeudi 4 février, les services de police de Guangdong ont également informé leurs homologues à Hong Kong que Lee Bo, l’un des cinq libraires, aurait rejeté leur demande de le rencontrer. Lee Bo a disparu à Hong Kong le 30 décembre, et a plus tard contacté son épouse pour lui expliquer qu'il aidait la police de Chine continentale dans une enquête. Des militants à Hong Kong ont fait part de leurs inquiétudes quant au caractère volontaire de ces déclarations.

« Ces détentions tournent en dérision les déclarations du gouvernement chinois, qui se targue de " gouverner le pays dans le respect de la loi ". Les autorités chinoises semblent penser que si elles peuvent placer des détenus sous leur contrôle et leur faire écrire des lettres invraisemblables ou les faire appeler leurs proches pour dire qu'ils " coopèrent volontairement à des enquêtes ", elles n'auront plus à se soucier de la procédure légale ni des droits humains », a déclaré William Nee.

Gui Minhai, la cinquième personne liée à Mighty Current Media, a disparu en Thaïlande le 17 octobre. Le 17 janvier, il était apparu à la télévision nationale chinoise CCTV pour faire des « aveux », dans lesquels il déclarait s'être rendu de son plein gré aux autorités chinoises en raison de son implication présumée dans un délit de fuite en 2003.