Avec solidarité et par indignation, Amnesty International France soutient le peuple syrien

La Fontaine des Innocents à Paris, habillée en rouge (© AIF)
La Fontaine des Innocents à Paris, habillée en rouge (© AIF)

[31/05/2012]

Dans un contexte de choc et d’indignation ressenti après les homicides commis à Houla, un rassemblement a eu lieu à Paris, à l’initiative de l’association SouriaHouria (Syrie Liberté) et avec le soutien d’Amnesty International France et de la Mairie de Paris

Le 29 mai 2012, date anniversaire de la formation de la résistance civile à Damas en 1945, la Fontaine des Innocents située au cœur de Paris a été habillée de rouge en référence aux massacres commis en Syrie depuis maintenant 15 mois.


Le 29 mai 2012, date anniversaire de la formation de la résistance civile à Damas en 1945, la fontaine des Innocents était habillée en rouge sang. Cette mise en scène faisait référence au 5 octobre 2011, lendemain du veto russe et chinois lors du vote du Conseil de Sécurité de l’ONU. Les militants de Damas avait alors teinté en rouge l’eau des fontaines de plusieurs places pour adresser un message de reproche aux gouvernements russe et chinois : ce veto était un blanc seing aux massacres perpétrés à l’encontre des révolutionnaires par l’armée de Bachar Al Assad.

Ecrivez au gouvernement russe pour qu'il fasse cesser les graves violations des droits humains en Syrie-Signez

8 mois après, la situation dans le pays n’a pas changé et le régime continue de massacrer son peuple malgré l’adoption du cessez le feu arraché par Kofi Annan, représentant l’ONU et la Ligue Arabe, mi avril, et interdit l’entrée de toute aide humanitaire dans le pays.


L’expulsion de diplomates syriens

Cent huit personnes sont mortes à Houla le vendredi 25 mai; d'après les Nations unies, la plupart ont été victimes d'une exécution sommaire.

L'expulsion récente de diplomates syriens décidée par plusieurs pays occidentaux, dont la France,  permet d'exprimer dans une certaine mesure le choc ressenti dans le monde suite à ce terrible événement, mais il faut que le Conseil de sécurité prenne des mesures concrètes, et que la Chine et la Russie cessent de protéger les autorités syriennes.

La Russie, la Chine et les autres membres du Conseil de sécurité doivent confier en urgence le dossier syrien au procureur de la Cour pénale internationale, et exiger que les autorités syriennes permettent à la Commission d'enquête indépendante internationale de se rendre dans le pays.
Tous les États doivent en outre chercher à exercer la compétence universelle devant leurs tribunaux pour les crimes contre l'humanité et crimes de guerre commis en Syrie.

 

 

Voir notre galerie Flickr

Copyright : S. Lerma, A. Delay, C . Maron et B. J. Henry pour Amnesty International France